Le portail des etudiants-chercheurs

Accueil > Actualité > L’École des Mines de Paris à Sophia-Antipolis s’agrandit pour accompagner le (...)

L’École des Mines de Paris à Sophia-Antipolis s’agrandit pour accompagner le développement de sa recherche et ses formations

vendredi 6 juillet 2007, par Laurent T

L’École des Mines de Paris à Sophia-Antipolis lance des travaux d’extension pour répondre aux besoins engendrés par l’ouverture de nouvelles formations et le développement de ses quatre centres de recherche. "Nous allons en finir avec une densité d’occupation de nos locaux anormalement élevée et mettre en œuvre des projets que nous avions mis en sommeil par manque de place", explique à L’AEF Michel Lenci, délégué de la direction pour le site de Sophia-Antipolis.

Comme les autres sites de l’École des Mines de Paris, les centres de recherche de Sophia-Antipolis bénéficient d’une partie du mécanisme d’abondement accordé à l’établissement dans le cadre de l’obtention du label Institut Carnot (L’AEF du 16/03/2006, 62742). Le site de Sophia-Antipolis dispose ainsi, en complément de son budget de 16 millions d’euros, d’une enveloppe annuelle d’environ un million d’euros qui lui permet d’accueillir davantage de doctorants et de développer de nouvelles activités de recherche dans ses quatre disciplines. "Nous injectons ainsi des moyens dans un laboratoire que nous venons d’ouvrir sur la thématique des polysaccharides. Dans le domaine des énergies, nous poursuivons plusieurs projets sur les émissions de carbone et sur la pile à combustible, qui donne lieu à la conclusion d’importants contrats avec des partenaires industriels", indique Michel Lenci.

DÉVELOPPEMENT DE NOUVELLES FORMATIONS

L’École des Mines parie aussi beaucoup sur le développement des sciences du danger, constatant "une forte demande des industriels alors qu’il existe peu de laboratoires sur cette thématique". Au total, 50 à 65% de leur budget selon les différents laboratoires est financé par les partenariats avec les entreprises.

La construction du nouveau bâtiment, d’une superficie de 2 180 m2, va aussi permettre à l’école de continuer à créer de nouvelles formations, "sur le rythme d’une par an". Les plus récentes sont le mastère européen spécialisé dans les énergies renouvelables en collaboration avec six universités européennes, et le mastère franco-chinois spécialisé dans l’énergie avec l’université de Tsinghua à Pékin. Les nouveaux locaux sont financés par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur à hauteur de 3,3 millions d’euros et le conseil général des Alpes-Maritimes pour 1,06 million d’euros.

L’école est actuellement installée sur un terrain de 7 hectares, dans un bâtiment de 8 500 m2. Elle accueille tous les ans environ 70 élèves ingénieurs pour une durée de quelques semaines, dans le cadre des enseignements optionnels et spécialisés de second cycle, et près de 150 étudiants pour des formations de 3ème cycle, essentiellement des mastères spécialisés et des doctorats. Ils travaillent sur les quatre spécialités de l’école : matériaux, énergie, mathématiques appliquées et sciences du danger. 10 à 15% des étudiants sont originaires de la région Paca. À la sortie de l’école, ils sont près de 30% à rester dans la région.

Source : AEF

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.