Le portail des etudiants-chercheurs

Accueil > Actualité > Une insertion professionnelle garantie pour les étudiants - chercheurs

Une insertion professionnelle garantie pour les étudiants - chercheurs

jeudi 24 mars 2005, par Laurent

1 - Le statut de chercheur associé

La mise en place du statut de chercheur associé, prévu à la LOPRI, constitue une opportunité pour des jeunes chercheurs mais ne sera utile et viable qu’à la condidtion que cette période soit transitoire donc la plus courte possible. Dans le cas contraire, ce statut reviendrait alors à ajouter une nouvelle strate supplémentaire aux statuts , déjà nombreux, cohabitant à l’intérieur du corps des chercheurs, ce qui va à l’encontre de la volonté partagée de simplification des corps et structures.

Nous voulons y voir un avantage : la relation d’association devra permettre, pour les jeunes, de déterminer la solidité de leur engagement dans la recherche en général et dans le domaine de leurs investigations en particulier. Ce statut devra donc être suffisamment souple pour qu’il laisse la possibilité au jeune chercheur de rompre ce contrat d’association.

Il s’agit ici de s’assurer que les jeunes étudiants, qui vont ensuite s’engager dans un statut à vie de chercheur l’auront choisi et non subi. Comme pour l’université, le jeune chercheur doit pouvoir bénéficier d’un droit à l’erreur donc un droit à la réorientation.

2 - Une politique d’insertion renouvelée.

Les étudiants chercheurs semblent aujourd’hui ne connaître qu’une seule porte de sortie : la fonction publique.

Dans le même temps, l’Etat ne peut pas, pour des raisons évidentes, absorber dans ses rangs l’ensemble des étudiants-chercheurs diplômés.

Nous considérons donc que :

- la possibilité laissée aux PRES de recruter sous contrat des collaborateurs doit constituer le socle fondateur du changement de la politique de recrutement dans la recherche. Les recrutements doivent pouvoir se faire en fonction des projets et non plus seulement en fonction des postes budgétisés par l’Etat.

- Le corollaire, car il ne s’agit pas de créer une pénurie d’emplois, doit être, pour l’Etat, dans le cadre de la politique de recherche qu’il va développer, de susciter les projets de recherche, qu’ils concernent la recherche fondamentale ou la recherche appliquée.