Le portail des etudiants-chercheurs

Accueil > Actualité > Valérie Pécresse se félicite des résultats du rapport d’évaluation externe de (...)

Valérie Pécresse se félicite des résultats du rapport d’évaluation externe de l’Inria

lundi 23 février 2009, par Sébastien

Valérie Pécresse se félicite du rapport d’évaluation externe de l’Inria "présentant l’Institut comme l’un des meilleurs du monde dans ses domaines de compétence". Ce rapport lui a été remis vendredi 20 février 2009. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche énumère les raisons qui expliquent ce succès : "une véritable ambition stratégique", une "ouverture vers la pluridisciplinarité", des "interactions avec l’industrie", une "gestion efficace des ressources humaines et financières", et un "renforcement des services de soutien à la recherche".

L’Inria "affiche aujourd’hui de très bons résultats que ce soit en nombre de publications dans des revues à haut facteur d’impact ou de grande réputation, de citations, de doctorants, de prix nationaux et internationaux, de demandes de brevets, d’enregistrement de logiciels ou de collaborations européennes et internationales", souligne le ministère, citant le rapport.

Pour Valérie Pécresse, "la grande majorité" des préconisations du rapport est "en phase avec la politique de réforme de notre système d’enseignement supérieur et de recherche". Ainsi, alors que le rapport recommande à l’Inria "de privilégier un développement axé sur la qualité de ses équipes de recherche et de ses travaux, et l’attractivité, notamment envers les jeunes chercheurs", la ministre fait valoir qu’elle a "lancé un plan de revalorisation des carrières tant pour les personnels des organismes de recherche que ceux des universités".

De plus, "dans la continuité des conclusions du rapport de François d’Aubert, le comité d’évaluation préconise également de simplifier les procédures administratives, notamment en matière d’évaluation des équipes de recherche". Enfin, le rapport recommande à l’Inria "d’une part de renforcer ses relations avec des équipes issues d’autres institutions (universités, organismes de recherche)", et d’autre part, de "poursuivre sa politique de collaboration avec le secteur industriel".

Source